Angelita Vargas

A_VARGAS.jpg
Angelita commence son parcours artistique dès l’âge de trois ans. A huit ans, elle dansait dans tous les Festivals d’Espagne et à cette époque, elle était connue sous le nom de “ la gitanilla ”. A quinze ans, elle travaille au tablao “ las Brujas ” à Madrid.

Elle vient jouer à Paris au Cirque d’Hivers en 1987. Elle a fait partie du fameux spectacle Flamenco Puro au côté d’artistes tels que El Farruco, Chocolate, Fernanda y Bernarda de Utrera, El Güito… à New-York pendant une saison à Broadway, puis sur tout le territoire des Etats-Unis, en 1988.
Angelita fait aussi des tournées en Hollande, en Allemagne, en Amérique du Sud, au Japon… Elle se produit avec sa famille nombreuses fois à la Biennale d’Art Flamenco de Séville. Elle danse dans le spectacle La Diosa de Jose Luis Ortiz Nuevo au côté de Manuela Carrasco, représenté à Séville et Madrid en 1993. C’est à cette occasion qu’elle rencontre Cécile Apsâra qui était alors scénographe du spectacle.

Le Théâtre Lope de Vega de Séville la présente avec Aurora Vargas dans Azabache y Coral en avril 1997, et en 1998 elle danse dans Huellas : antología de un tiempo au Théâtre de la Maestranza. Elle a présenté son groupe à l’EXPO ’98 de Lisbonne, puis à La Cité de la Musique à Paris avec Juan Carmona. Elle participe au projet El flamenco y el son cubano, à l’initiative de la Diputacíon de Sevilla. Après avoir fait un véritable triomphe au Queen Elizabeth Hall de Londres et au National Concert Hall de Dublin dans le cycle “Women in Tradition”, elle part pour une longue tournée au Japon.

En 1998 à Séville, elle se produit avec son groupe dans le spectacle Extremo Puro, à la Xè Biennale d’Art Flamenco, puis dans le cycle Noches Flamencas au Théâtre Lope de Vega. La même année elle part en tournée en Hollande et fait sensation au Vredenburg à Utrecht dans le spectacle Una Noche de Flamenco Puro. Elle intervient dans le Festival Musiktriennale Koln, évènement très prestigieux en Allemagne.

Sa danse d’une grande simplicité et d’une grande force a toujours fait fureur chez les “ aficionado ” depuis ses débuts jusqu’à nos jours. Actuellement, Angelita continue sa carrière de danseuse et se dédie à enseigner son art dans le monde entier. Comme elle le dit : « Moi, je parle avec la danse ».


50. Mathias Berchadsky (El Mati)

MATHIAS.jpg
Né le 4 mars 1976 dans une famille d’artiste, il est dès le plus jeune âge au contact des musiciens, de la scène et du spectacle. Il commence la guitare vers 13 ans avec différents professeurs particuliers qui l’orientent progressivement vers le Jazz et les musiques improvisées. A 16 ans, au cours d’un stage d’été, il rencontre Larry Corryell. Cette rencontre sera décisive et le décide à embrasser la carrière. Il entre au CMCN en 1994 ou il suit une formation intensive de guitare jazz, de composition et d’harmonie avec les plus grands noms du jazz(Mike Stern, John Scofield…) et obtient son diplôme avec mention spéciale à l’unanimité.

Arrivé à Paris l’année suivante, il se tourne progressivement vers la guitare accoustique, étudie la musique d’Astor Piazzolla, le jazz manouche, la guitare classique et monte le quartet Hora cero avec lequel il se produira 2 ans, poursuivant en parallèle une carrière de Sideman avec diverses formations parisiennes. Fort de toutes ces influences, il compose activement pour la télévision, le cinéma et le théâtre. Dès 1998 il se passionne pour le flamenco, délaissant provisoirement ses autres activités pour partir étudier à Séville et à Grenade avec Eduardo Rebollar, Manolo Franco, Miguel Angel et Paco Cortés, Niño De Pura…Il entre à la fundacion Christina Heeren et étudie l’accompagnement au chant avec Paco Taranto, José de La Tomasa, Laura Vital et Rocio Bazan et obtient son diplôme avec mention. Il entre au Tablao Las brujas(Séville) ou il rencontre El Tremendo et accompagne la danse(Alejandro Granados, Yolanda Heredia, El Torombo, Juan de Los Reyes…).

De retour à Paris en 2002, il reprend ses activités de compositeur et enregistre à Paris et à New York avec plusieurs artistes de variété, jazz et musiques du monde (Minino Garay, Manguina, Benoit Morel…), fonde sa compagnie (Sévilla-Paris : Ida y Vuelta) avec laquelle il tourne en Europe et en Amérique. En 2004, il rencontre la Tremendita (Gagnante du premio Manolo Caracol de Cordoba en 2004) qu’il accompagne régulièrement en France et en Andalousie dans les peñas, théâtres et festival. Avec elle, il partage l’affiche et la scène avec Juan José et Ramon Amador, la Susi, Pedro Sierra, Bobote et Torombo. En parallèle, il enseigne l’accompagnement au chant et la guitare à Flamenco en France, au CMDL(Centre des Musiques Didier LockWood) et donne des stages France, USA et Canada.

Mathias fait partie de la Compagnie Apsâra depuis 2002 pour laquelle il a composé la musique de la pièce Secret Aria et avec laquelle il joue dans Cabaret Flamenco et ¿Flamenco?.

 + d’infos : myspace

 + d’infos : site internet

Myriam Allard

MYRIAM_ALLARD.jpg
Artiste chorégraphique pluridisciplinaire et globetrotter, elle démarre sa formation en danse jazz à Québec puis intègre l’ École Nationale de Théâtre à Montréal. Elle poursuit sa formation à Séville, Madrid puis à Paris tant en classique qu’en Bailé Flamenco auprès de Israel Galván,Yolanda Heredia, Manolo Marín, la Chiqui de Jerez, Rafaela Carrasco, Alejandro Granados, Eva la Yerbabuena, Alicia Márquez, Pilar Ortega, ….

Dès 2000, elle participe à des spectacles type tablao au Canada, en Allemagne, aux Etats-Unis, en France…on la retrouve dans de nombreux festivals et lieux dédiés au flamenco (Planète Andalucia, Paris , Cabaret Lion d’Or de Montréal, Festival de flamenco de Vancouver , Tablao Las Brujas, Séville souvent comme soliste auprès de Angel Lopez, Daniel Manzanas, Juan Carlos Principal, Jose Cortes, Cristo Cortes, El Chulo, Manuel de Tañe.

Elle y retrouve régulièrement Mathias Berchadsky et Alberto Garcia
Elle intègre entre 2000 et 2003 la compagnie d’Israel Galván avec laquelle elle participe à la biennale de Flamenco de Séville, la compagnie Puro Gallardó, direction Pepe Maya et Mari Paz Lucena à Osaka (Japon), ou encore le Boston Flamenco Ballet, direction José Barrios, (États-Unis).


Anne Leray

ANNE_LERAY.jpg
Née à Saint Malo, Anne décide de ´s’ orienter vers le sud en commençant des études d’ espagnol à l’université de Rennes qui la conduiront à Grenade pour une maitrise sur les gitans à Grenade au XVIIIº siècle. C’est là qu’elle débute le flamenco avec la Presy avant de suivre un cours intensif de huit mois comprenant histoire du flamenco, technique et chorégraphie flamenca ainsi que danse cotemporaine avec les professeurs Luis de Luis et Ester Marin. Parallèlement elle donne des cours de danse orientale, activitée qu’elle poursuit encore. Par la suite elle décide de poursuivre son apprentissage à Séville avec des bailaores reconnus tels que: Soraya Clavijo, Juan Polvillo, Farruquito, Juan et Saray de los Reyes, Manuela Reyes, Mercedes Ruiz y Marco de Ana. De retour à Grenade, elle donne des cours et poursuit sa formation.


90. Melchior Campos : "Mencho"

MENCHO.jpg
“Mencho” est issu de la célèbre familia Montoya , une des plus hautes dynasties du flamenco gitan de Séville. Il apprend le chant et la guitare dès son plus jeune âge encouragé par sa mère, chanteuse et son père guitariste. Il commence une carrière professionnelle à l’âge de 17 ans avec le groupe Canastero au Festival de musique Tzigane de Lucerne (Suisse) au côté des guitaristes tels que Moraito Chico et Niño Josele et de la chanteuse La Macanita. En 1999 il participe à l’enregistrement du disque Alma de son cousin José el Francés avec Vicente Amigo et Niña Pastori. Depuis, il partage l’affiche avec de grands noms de la scène internationale comme Ishtar du groupe Alabina, Chico Castillo, Omar Bashir, Daniel Manzanas ou encore Juan Carmona. Entre 2003 et 2005, Melchior Campos se produit dans les spectacles Instante Flamenco et Barrio Flamenco aux cotés de Cristo Cortés, El Kuele, Manuel Gutierrez, Sharon Sultan et José Cortés. Il travaille également avec des danseurs de renoms comme Andrés Peña, Rafael de Carmen, Ana la China, Jorge Santelmo…En 2004, il rencontre la danseuse et chanteuse Karen Ruimy avec laquelle il se produiradans les spectacles «Flamen’ka» et «Flamen’ka Nueva» à l’espace Pierre Cardin en 2006, au Casino de Paris en janvier 2008 et enfin aux Folies Bergères en mai 2008. Il enregistrera aussi deux albums. En 2007, il participe à la soirée caritative organisée par l’association Playing for good de Maria Bravo.

Il s’est produit à Rennes dans le spectacle A COMPAS DEL CORAZON à la Péniche Spectacle (2007 et 2008). APSÂRA Flamenco a organisé plusieurs stages avec lui à Rennes, Brest ou St Brieuc.

Il accompagne Cécile Apsâra depuis 2002 dans plusieurs spectacles dont CABARET FLAMENCO.

Sa voix typiquement gitane, douée d’autant de puissance que de nuance et son étonnante tessiture, sert à merveille son interprétation très généreuse et très inspirée de Camarón de la Isla.

Steven Fougères

Steven_Fougeres_site_c_Yves_Rousseau.jpg
Steven pratique le piano et la guitare depuis son enfance. C’est au cours d’un séjour d’étude de guitare jazz à Cuba qu’il découvre le Flamenco. Il s’installe en Andalousie en 2001 et étudie auprès de Gerardo Nuñez, Miguel Ángel Cortés, Martin Chico. Il termine finaliste au concours de Flamenco de Utrera en 2008 et remporte le second prix d’accompagnement du chant et de la danse en 2009 lors du festival international de guitare de Cordoue gagnant ainsi une année d’étude à la fondation Cristina Heeren. Il y étudie auprès du Niño de Pura, Paco Cortes, Pedro Sierra, Eduardo Rebollar… Il se produit avec de nombreux chanteurs et danseurs en Europe et en Tunisie.

En Bretagne, il a participé à divers spectacles de flamenco avec la compagnie APSÂRA et en particulier aux créations de FLAMENCO DE GRAND CHEMIN (2004), de ENTRE TIERRA Y CIELO (2006). Il accompagne les cours de l’association APSÂRA depuis 2005.

Il a aussi joué avec « Omar Farruk Ensemble » (musicien Turc de renommée internationale). Il forme en 2007 Son de Afuera avec ses amis Sévillans. Il fait partie depuis 2014 du projet de Maria Robin (Chanson musique du monde). Il forme le trio La Vuelta en 2013 (Chansons Jazz flamenco del mundo).


50. Jean-Marie Nivaigne

Batteur, il s’ouvre à l’univers rythmique et technique des percussions d’Asie, d’Afrique, d’Orient, d’Amerique Latine. Il apprend les tablas auprès de son maître Pandit Shankar Gosh de Calcutta et les congas avec Fred “El pulpo” Savignen. Il accompagne également des cours de danse flamenca au cajón, de danse Kathak aux tablas, et de danse afro contemporaine au djembé.
Il fonde le groupe Sewarye à Lille, avec lequel il partira en tournée au Maroc, en Norvège, en Belgique… on le retrouve en Bretagne au sein des groupes Karma (fest noz), Mandala (musiques traditionnelles urbaines) et des Nioubardophones (jazz).

30. Sabrina Calvo

m_678dec67cb1eeb722a55951cbde0198a.jpgSabrina Calvo a commencé la batterie à l’ âge de seize ans puis a continué avec les percussions: les congas et le cajon principalement. Elle a été percussionniste du groupe Siroco de 1997 à 2001 avec (flamenco actuel) avec David Garcia , Olivier Garcia et Jerome Seguin.

Elle a plusieurs enregistrements à son actif :

album CALLE NUEVA (Siroco)

enregistrement de l’album de David Garcia “BROOKLYN’S LOVERS ” (Musicovations) sorti en mai 2008 , avec Jeff Pautrat , Mickael Olivier , Bob Tinker , Paco Sery et Didier Lockwood

Elle joue dans la compagnie Apsâra Flamenco depuis 2004.

Elle aime la diversité , jouer la musique sud -américaine , jazz , chansons….

+ d’info : http://www.myspace.com/sabrinacalvo

http://www.myspace.com/167135554

La Tati

LA_TATI.jpg
La Tati (Francisca Sadornil Ruiz) est née à Madrid au cœur du quartier de Lavapiés où marché aux puces, gitans, musiciens et danseurs de flamenco lui inspirent sa vocation irréversible de danseuse, chorégraphe et professeur.

Dès le début de sa carrière à 12 ans, elle va se produire auprès des artistes les plus prestigieux du monde flamenco : Rosa Durán, Pericón de Cádiz, Niño Ricardo, Fernanda y Bernarda de Utrera, la Paquera de Jerez, el Gran Faíco, Mario Maya, El Güito… Elle fait partie de la compagnie “Festival Flamenco Gitano” de Liman & Rau, avec laquel elle tourne en Europe et qui regroupe les artistes de jazz et de flamenco : Ella Fitzgerald, Duke Ellington, Ray Charles, Paco de Lucía, Paco Cepero, José Menese, Juan Peña El Lebrijano, El Güito, la Singla..
A Paris, avec le spectacle “Apología Flamenca”, elle partage l’affiche avec Camarón de la Isla au Cirque d’Hiver en 1988, et plus tard remporte un grand succès au Théâtre Mogador. Elle est invitée en tant que chorégraphe par le Ballet Nacional de España lorsqu’il était dirigé par Antonio Ruiz Soler le grand “Antonio”. Depuis 2000, elle se dédie intensément à sa compagnie “La Tati Compañía Teatro Flamenco” avec laquelle elle crée des spectacles associant théâtre, musique et danse.
Depuis plus de 25 ans, elle enseigne au célèbre centre madrilène Amor de Dios où elle a construit une pédagogie bien à elle. Elle donne des stages et des cours magistraux dans le monde entier.

Sa danse, souvent qualifiée d’envoûtante, associe sincérité, générosité et rigueur.


60. La Conchi

LA_CONCHI2.jpg
Conchi Menéndez est arrivée à Paris en 1960. Chanteuse flamenca dans la plus pure tradition, elle se produit en duo avec plusieurs guitaristes dans des récitals de cante jondo. Elle accompagne cours et stages de chants et de guitare et beaucoup d’entre vous l’on déjà vue à Rennes ou à Paris.
“Une voix claire et puissante, pleine d’émotion. Elle nous rappelle une époque sombre, qui va de l’après guerre espagnole jusqu’aux années 70, où la lumière du flamenco à généré plusieurs vagues tumultueuses de chanteurs et chanteuses, qui ont placé le Flamenco, aux yeux du monde, comme un art incontestable.” Le Triton