Dernière mise à jour :

vendredi 21 avril 2017

Créations contemporaines
Accueil | Espace professionnel | Productions Apsâra Flamenco | Créations contemporaines
SOL


Création de Cécile Apsâra, danse tout public
Durée 35 mn






Projet expérimental, cette pièce explore les résonances entre flamenco, théâtre et danse contemporaine.
Aux quatre points cardinaux de la danse flamenca, Cécile Apsâra interroge à cœur la force tellurique de la femme dans son rayonnement solaire, par eau et feu, entre ciel et terre.

SOL, soleil en espagnol, plonge aux sources de l’art vivant et réveille les forces souterraines qui relient l’être à l’univers. L’énergie sans fioriture frappe aux entrailles et saisit les émotions enracinées en chacun de nous.
Portée par le pas des ancêtres, la danseuse interroge la danse sociale pour enfin naître à elle-même, dans le mouvement de la force intérieure.


L’artiste peintre Judith Farrö au cœur de la performance (voir la vidéo ci-dessous).







Une nouvelle expérimentation avec une voix féminine
Aujourd’hui, Cécile Apsâra expérimente une nouvelle phase de travail avec la voix d’une chanteuse de flamenco, une femme, reflet d’elle-même. Elle enregistre avec Alicia Acuña pour arriver à une forme où elle est totalement indépendante, seule en scène, libre d’interroger et de faire rayonner sa danse.
D’autre part, elle intègre la partition du compositeur Jean-Charles François écrit spécialement pour SOL.




De 2010 à 2012, Cécile Apsâra a mené une première expérimentation, seule, puis avec un chanteur de flamenco Olayo Jimenez. Accompagné par Christine Barbedet dans un premier temps, puis par TEEM (Territoire d’Ecriture en Mouvement) sous forme d’un compagnonnage suivi par Maribé Demaille et Patrick Le Doaré.











VIDEOS :

> Demandez à voir la video en entier (35’) ICI

Représentation dimanche 27 mars 2016 au Festival des mots, des rimes et des lyres, Château de Belleville à Gif-sur-Yvette (91).

Restitution de résidence au Collectif Danse Rennes Métrople, mai 2014




Performance de Judith Farrö pendant la restitution


SOL Expérimentations


ALBUMS PHOTOS :


> Céline Diais
> Judith Farrö


Chorégraphie et interprétation : Cécile Apsâra
Compagnonnages : Christine Barbedet / Maribé Demaille et Patrick Le Doaré, TEEM
Composition musicale "la partition" : Jean-Charles François
Musique originale voix : Alicia Acuña
Musique enregistrée : Sotiria Bellou
Lumière et son : Ronan Bernard
Accueil en résidence : Office Culturel de la CC Mauron
Accueils studio : Triangle, cité de la danse et Collectif Danse Rennes Métropole
Studio d’enregistrement : l’Arène Musicale
Production : Apsâra Flamenco


- vendredi 16 mai 2014 à 19h30 au Collectif Danse Rennes Métropole (35).
- mercredi 28 janvier 2015 à 19h au Mod Koz, 3 Bis r Duhamel, Rennes (35).
- vendredi 30 janvier 2015 avec le Conservatoire et le Théâtre de Laval (53).
- dimanche 27 mars 2016 à 15h au Festival des mots, des rimes et des lyres
Château de Belleville à Gif-sur-Yvette (91)


> nous contacter
Cécile Apsâra, chorégraphe
tél mobile : 06 16 13 42 50
> Télécharger le Dossier de présentation

dossier complet sur demande
> Propositions d’action culturelle sur les territoires
> Action culturelle en milieu scolaire
> Flamenco en famille
> Revue de presse de la compagnie
> La compagnie Apsâra Flamenco



La compagnie APSÂRA reçoit le soutien du Conseil Général 35 et de la Ville de Rennes, le compagnonnage du TEEM (Territoires d’écritures en mouvement), l’accueil en résidence à l’Office Culturel CC de Mauron, le prêt de studio du Triangle, cité de la danse, l’accueil studio du Collectif Danse Rennes Métrople.

Copyright © APSÂRA Flamenco, All rights reserved.


Secret Aria

Spectacle filmé au Théâtre MOGADOR
FESTIVAL ESTIVALES DANSES 2000
Soirée du mardi 27 juin 2000
Extrait de Scènes de danses, diffusion TF1, le 24/10/2005.

SECRET ARIA (créé à Séville en 1997) développe à travers la danse, la musique et l’expression théâtrale une réflexion sur la femme au travail dans la société contemporaine. Une réflexion qui s’exprime en utilisant les codes d’une manifestation aussi ancestrale qu’actuelle : le flamenco.

Cinq secrétaires travaillent ensemble dans un bureau, cinq femmes libres luttent contre la double violence du machisme et de l’oppression sociale. Elles extériorisent leur malaise en tapant à la machine à écrire des rythmes de flamenco.

Durée : 25 minutes

Chorégraphe : Cécile Apsâra
Chanteuse : Ana Real
Danseuses : Diana Regaño
Choni Pérez
Cécile Apsâra
Macarena Vergara
Lumière : Marianne Pelcerf
Costumes et scénographie : Cécile Apsâra et Sophie Lambert
Voix off : Juan Jo Macías
Musique en direct : Compagnie APSÂRA
Musique enregistrée : Mathias Berchadsky
Textes : Compagnie APSÂRA
Jose Luis Ortiz Nuevo (publié dans Coplas del siglo XXI)
répèrtoire populaire
Machines à écrire : AFOBAN Centro de Formación Sevilla



Photo©Tato Olivas

UNE COMPAGNIE AVEC PLUS D’UNE CORDE A SON ARC

Cécile Apsâra appartient à une nouvelle génération de chorégraphes qui, comprenant que l’art est chose vivante mais sérieuse, nourrissent leur langage gestuel d’une tradition qu’ils mettent en prise directe avec leur époque. Profondément libres vis-à-vis des styles, peu leur importe qu’il s’agisse de ballet classique, de new wave ou de flamenco, ils dominent en revanche solidement la ou les techniques choisies. Celles-ci deviennent alors parfait instrument d’une sensibilité contemporaine. Connaissant les codes, ils redeviennent intéressants s’ils sont utilisés différemment.
Cécile Apsâra, interprète de feu et de passion, s’empare de la tradition flamenca pour dire avec force des choses d’aujourd’hui. Dans son spectacle, cinq filles secrétaires vont passer de la soumission à la rébellion au crépitement des machines à écrire qui remplacent les castagnettes et transformer le bureau en champs de revendication. Humour, fureur, orgueil et séduction, toute la palette de sentiments s’exprime à travers un flamenco que Cécile Apsâra tout en respectant sa rigueur, rend inattendu et passionnant.
Avec elle, on rit, on s’émeut, on s’enflamme, bref, on se sent concerné. Serait-ce qu’à l’épreuve du passé le présent se dit mieux ? Un présent que Cécile Apsâra, chorégraphe, n’a pas fini de décrypter.
Sonia Schoonejans

Représentations de SECRET ARIA :

- VI Rencontre Chorégraphique de Danse Espagnole et Flamenco, Teatro Albéniz, Madrid, 1997
- Teatro Gutiérrez de Alba, Alcala de Guadaira (Séville) , 1998
- Théâtre Dunois, Paris, 1998
- Féria de Béziers, 15 aout 1999
- Estivales de Danses 2000, Théâtre Mogador, Paris, 27 juin 2000

Soleá de la Dama



Danse : Rio Matsumoto
Chant : Rafael de Alcalá
Guitare : Antonio Moreno
Direction artistique : Cécile Apsâra




Inspirée de La Dame aux Camélias (Alexandre Dumas-fils), SOLEÁ DE LA DAMA est une histoire de solitude : solitude de la courtisane qui ose troubler l’ordre bourgeois en tombant amoureuse d’un jeune homme d’une classe sociale différente, solitude de la femme face aux hommes, à l’argent et à la maladie mortelle... Héroïne romantique par exellence, le personnage s’incarne dans la soleá, un type fondamental du flamenco qui signifie soledad (solitude).

Sa danse a pour vocation de communiquer la mémoire souterraine d’êtres disparus, de communautés exclues du monde. Cette réflexion prend corps à travers l’acte partagé d’une manifestation d’art vivant, qui mêle avec justesse flamenco, danse,théâtre, musiques classique et contemporaine.

Dans l’esprit d’une recherche de mouvements chorégraphiques nouveaux, Cécile Apsâra pousse toujours plus loin la rencontre du théâtre avec la danse flamenca en les faisant reflets du monde actuel.
Représentations de SOLEÁ DE LA DAMA :
- MES DE DANZA Sala Imperdible, Séville, 1996
- Café de la Danse, Paris, 1999
- Centre Culturel L’Orangerie, Roissy en France, 16 mars 2001

Création de Gilles Marceaux :

SOLEA DE LA DAMA (8’30") vidéoclip http://gillesmarceaux.free.fr/solea.html Initialement une chorégraphie de Cécile Apsâra dans laquelle un vrai japonais de Séville danse le rôle de la Dame aux Camélias, SOLEA DE LA DAMA a été filmé sur la scène du Café de la Danse avec trois caméras puis, non pas « monté », mais composé avec le logiciel After Effects.
SOLEA DE LA DAMA délaisse la chronologie du montage au profit d’une ligne de fuite en spirale où la trajectoire des images ne parle pas à l’œil mais à la main. Avec Rio MATSUMOTO (danse), Sylverio HEREDIA (chant), Enrique MURIEL (guitare).
http://www.traverse-video.org/2005/...
Vous pouvez également regarder la première version de SOLEA DE LA DAMA , conçue comme une maquette ou une ébauche, qui garde son intérêt et ses qualités propres au côté de la version finale. Elle est par ailleurs accompagnée d’une bande son différente, enregistrée hors spectacle.

Entre tierra y cielo

Une contemplation de l’oeuvre du peintre Nicolas de Staël à travers le croisement de sa correspondance avec la musique et la danse.
Avec Guillaume Doucet et Cécile Apsâra. Guitare, Steven Fougères, percussion, Jean-Marie Nivaigne.
Commande du Festival Les Scriludes. Création au Musée des Beaux-Arts de Rennes le 21 juin 2006.

Il faut Quicktime FlashPlayer pour voir l'animation

Nous contacter

Télécharger le dossier de présentation

PDF - 677.2 ko
Presentation Entre Tierra y Cielo